a

198 West 21th Street, Suite 721
Email: hello@yourdomain.com

 

On a joué aux poupées. On a appris à lire, à écrire, à regarder des deux côtés de la rue avant de traverser. On s’est chicanées, engueulées, bagarrées. À coups de poings, de pieds, d’égratignures et de morsures. On a appris à partager. À communiquer en silence, d’un bout à l’autre de la table de cuisine, avec nos grands yeux, nos froncements de sourcils et nos doigts d’honneur. On s’est rougi les joues, noirci les cils. On a enfilé nos plus belles fringues, pour ensuite les salir de sueur et de sangria. On a élaboré des stratagèmes, menti à nos parents. On a appris la négociation, la manipulation, le chantage. On a partagé des vêtements, des jouets, des bijoux, de l’attention, des amies, des histoires. On s’est volé des vêtements, des jouets, des bijoux, de l’attention, des amies, des histoires, mais jamais des amoureux. On a appris à s’excuser, puis on a oublié parce que s’excuser, ça veut dire admettre ses torts. On a hurlé, puis on s’est terrées dans notre silence pour éviter d’aller trop loin. On a pleuré, puis on s’est barricadées chacune de notre côté, car la vulnérabilité nous fait peur. On a fait fi des circonstances, délaissé notre orgueil le temps de verser, ensemble, une larme pour ceux qui nous ont quittées. On a appris à s’aimer, à s’haïr, puis à s’aimer de nouveau. On a oublié les injures, ravalé nos paroles amères. On a pansé nos plaies, mis fin au mélodrame. Un bouquet de fleurs en guise d’excuses. Une conversation en guise de je t’aime.

 

Visuel : Likewise de Michelle Palowsky